Facebook, Cambridge Analytica, et votre vie

By SwissTengu @SwissTengu @SwissTengu — 2018-03-30T14:44:22
On l'a vu, lu, entendu, Facebook s'est fait prendre la main dans le sac à données personnelles. Ou, plutôt, une société tiers, qui a simplement profité de ce que Facebook met à disposition.

D'aucun parlent de "vol de données". Ce n'est pas le cas. D'autres parlent de "manipulations" des votations. On y reviendra. Quoi qu'il en soit, la cacophonie entourant cette "découverte" nous laisse un peu perplexes. Voici pourquoi.

Facebook ne vous vole rien

C'est bête à dire, mais tout ce que Facebook sait de vous, c'est vous-même qui mettez ces informations à dispositions, que ce soit au travers de vos publications, "likes", commentaires, ou par l'emploi du "login facebook" pour des sites/applications tiers.
Ce que Facebook fait de tout cela est expliqué dans les fameuses "conditions générales d'utilisation", que vous avez acceptées lors de votre inscriptions. Vous recevez en outre des informations dès que Facebook effectue des modifications de ces fameuses CGU. On peut reprocher pas mal de choses à Facebook. Mais de vous voler des données, non, on ne peut décemment pas.

La manipulation

Là encore, il faut savoir raison garder : si on est manipulé, c'est qu'on prête le flanc, de part notre crédulité, notre propre bêtise, ou notre enfermement.  Mais on ne peut, réellement, manipuler les gens que s'ils se laissent faire. Alors oui, pour éviter la manipulation sur les réseaux, il y a plusieurs choses à garder en tête, comme par exemple :
  • garder un esprit critique
  • toujours valider ce qu'on lit (que ce soit sur Internet ou même dans des journaux)
  • demander/chercher une seconde opinion
  • ne jamais avaler tout droit la soupe de (dés)information
  • sortir de notre "bulle de confort"
Le dernier point est sans doute le plus important et, potentiellement, le plus compliqué, surtout si on est dans un système tel que Facebook. Pourquoi nous demandez-vous ? On va l'aborder :).

Le modèle économique

Facebook marche à la publicité. Ce qu'ils vendent aux annonceurs, c'est une certaine garantie que les publicités affichées apporteront des clients. Et la manière la plus "simple" de faire cela, c'est d'exploiter les données que nous lui fournissons - et de dresser des profiles à même de satisfaire les attentes des annonceurs.
C'est aussi simple que cela. On utilise une plateforme "gratuite", qui exploite nos données pour nous afficher de la publicité - que ce soit sur Facebook directement, ou sur des sites employant les plugins de Facebook.

Il n'est donc pas étonnant que Facebook récolte les données et les traite. Et, encore une fois, les conditions ne cachent pas ce traitement.

Cambridge Analytica

Ce n'est pas la seule entité à exploiter Facebook - n'importe quelle application qe vous activez dans votre compte peut accéder à vos données - les permissions demandées vous montrent bien ce à quoi elles accèdent.
Cambridge a juste créé une application (un test psychologique), demandant l'accès aux données de manière complètement transparente, et a ensuite exploité le tout, dans le but de créer des annonces/articles/autres de manière à, peut-être tenter d'influencer en confortant les gens dans leurs positions.

CA a juste poussé les choses plus loin que les autres annonceurs et développeurs qui utilisent Facebook. La seule raison qui explique le soudain "omg-effect", c'est que ça a été démontré par un lanceur d'alerte, et que c'est en lien avec le président actuel des USA, qui n'est pas dans le cœur de tout le monde… Mais ce ne sont pas les premiers, ni les seuls, ni les derniers.
Même si Facebook assure travailler à améliorer la confidentialité, il y aura toujours le facteur humain : les gens vons continuer d'accepter sans regarder, ce qui laissera les données en "libre accès".

Comments (0)

Add a comment